Fort comme un hypersensible, Maurice Barthélémy et Charlotte Wils

Maurice Barthélémy, célèbre comédien qui a appartenu à la troupe des Robins des Bois, se raconte, dans ce livre-témoignage. Son autobiographie est rédigée sous l’angle de l’hypersensibilité – car oui, on peut être un personnage public d’apparence extravertie… et hypersensible. Il y retrace son enfance, ses proches, pour la plupart eux aussi hypersensibles, et la manière dont il s’est construit, puis plus tard, sa vie de père. La psychopraticienne Charlotte Wils, spécialisée dans l’accompagnement des personnes hypersensibles, ponctue ce témoignage d’éclairages concernant l’hypersensibilité. Elle y évoque les caractéristiques les plus courantes des personnes ayant une sensibilité accrue. 

« L’anticipation, pour les personnes hypersensibles, est une stratégie très courante. […] élaborer tout un tas d’hypothèses avant de se lancer […] cela résulte surtout de la pensée en arborescence qui foisonne ne permanence et ne peut s’empêcher de cogiter. Seulement, à trop réfléchir et trop anticiper, les événements peuvent devenir anxiogènes. C’est important de prévoir les plans B et C parfois, mais vivre l’instant présent est une garantie de ressentir la paix à l’intérieur de soi. »

Je vous propose aujourd’hui une publication un peu différente de d’habitude, mais je dois avouer que ce titre m’a tapé dans l’oeil lors de la Masse Critique proposée par Babelio. Je suis hypersensible. Comme environ 18% de la population. Il y a quelques années, j’ai mis un mot sur ce qui me différenciait de mes proches : une clé de compréhension de ma vie intérieure, de mon tempérament et de mes peurs. Si le témoignage de Maurice Barthélémy est d’abord une biographie, j’ai été surtout intéressée par les incises de Charlotte Wils, explicitant les traits universels, les sensations et les attitudes que l’on peut généralement retrouver chez les personnes hypersensibles. J’y ai appris plusieurs choses et m’y suis retrouvée en de nombreux points. J’ai bien aimé le point de vue adopté, qui aborde l’hypersensibilité comme une force et un potentiel de créativité. On sent néanmoins qu’il a fallu de nombreuses années pour que Maurice Barthélémy se l’approprie et l’accepte. Je dois avouer avoir passé quelques pages, étant davantage intéressée par le sujet de l’hypersensibilité que par la vie de Maurice Barthélémy. Mais je trouve cela intéressant que ce type d’ouvrage existe : l’auteur est une personnalité reconnue, et il informera peut-être des personnes sur ce qu’est l’hypersensibilité, pour mieux la reconnaître et accepter d’en faire une force.

Michel Lafon, janvier 2021, 267 p.

Ma note : ★★★☆☆

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s