La maison bleue, Phoebe Wahl

Théo et son papa habitent dans une maison bleue. Elle est en mauvais état, il y a des fuites au plafond mais ils y sont profondément attachés. Il s’y cachent, y cuisine et y dansent ensemble, quand ils ne sont pas dans le potager ! Mais le quartier est en train de changer, et ils apprennent qu’elle va être détruite. Après la tristesse et la colère, il faut maintenant empaqueter les souvenirs pour rejoindre une nouvelle maison… qui ne sera plus leur chère maison bleue.

« La peinture s’écaillait, le toit était couvert de mousse, il y avait des fuites, des craquements. Et quand le vent soufflait, la maison entière tremblait. Mais ils étaient chez eux. »

J’ai énormément aimé cet album. Sous des abords simples – une histoire de déménagement comme il en existe tant en littérature jeunesse, l’autrice a fait de vrais choix engagés dans la manière de traiter son sujet. On y rencontre une famille monoparentale, avec cet adorable petit garçon aux cheveux longs et son papa barbu, qui bousculent déjà les clichés. Il y aussi tout un traitement social : on y parle de précarité, d’expropriation, de construction de logements collectifs. Le message final est toutefois réconfortant : malgré le difficile changement de lieu, les moments passés ensemble subsistent encore et toujours. Je n’oublie pas, évidemment, d’évoquer les illustrations, pour lesquelles j’ai eu un beau coup de cœur !

Les éditions des éléphants, août 2021, 40 p.

Ma note : ★★★★☆

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s